Avertir le modérateur

25/02/2009

Medz Yeghern Le Grand Mal

grandmal.gifL’histoire sans la raconter. Le génocide arménien, livré brut, cru, violent, à l’image d’un crime contre l’humanité. Cette histoire, on la connait mal, même si on en a entendu parler. C’est l’histoire du peuple arménien, méthodiquement exterminé par les Turques entre 1915 et 1916. Les criminels pensaient profiter de la guerre pour réaliser leur besogne en douce, ce fut raté. La preuve, on en parle encore.

On en pense quoi ? Très beau récit, brutal et douloureux. Les auteurs ne nous épargnent pas grand-chose. Pour comprendre, c’est mieux. Donc, merci.

C’est pour qui ? Les personnes en âge de comprendre et de supporter (parce que ce n’est pas facile).

Casting. Auteur : Paolo Cossi. Editeur : Dargaud. Infos : www.dargaud.fr Prix : 9,50 euros.

24/02/2009

Les auteurs de BD ont appris à dire “moi, je...” (ou le top 10 des BD autobiographiques)

Très peu répandue jusqu’à la fin des années 1990, la BD autobiographique est devenue un genre à part entière ces 10 dernières années.

Dans les années 1980, seuls quelques auteurs (Art Spiegelman, Will Eisner, Christian Binet) ont ouvert la voie d’un genre plus personnel que la sempiternelle BD de super-héros ou d’aventure. Un genre où l’intime fait partie intégrante du processus de création et où l’auteur puise dans sa vie ou son expérience personnelle des faits réels ou fictionnels. Fin des années 1990 et début des années 2000 : le nombre de BD autobiographiques explose, sous l’impulsion d’un double phénomène : la popularité grandissante de l’Association, qui publie les oeuvres de Satrapi, Sfar, David B., Trondheim... Et les blogs BD (ou comment la culture du “moi je” rencontre la culture BD).  

Sans souci d’exhaustivité, voici une sélection des 10 principaux ouvrages du genre

maus-cover1.jpgMaus (1981) - Art Spiegelman raconte à travers le dialogue d’un fils et de son père rescapé des camps et survivant des ghettos polonais les persécutions nazies et l’invasion de la pologne, et aborde la question de sa relation avec son propre père. Une BD référence, récompensée par le prix pulitzer en 1992. Indispensable dans toute Bdthèque.

 

 

institution_t0.jpgL’institution (1983) : Binet raconte son enfance dans une institution catholique, et la culture de la culpabilité qu’il y a subit. Une BD à forte dimension cathartique, qui permet de découvrir une autre facette de Binet, surtout connu pour être le papa des beaufs les plus célèbres de France, les Bidochons.

 

 

agrippine05.jpgAgrippine (1988) : Claire Bretecher raconte dans les années 1980 les problèmes existentiels d’une ado bourgeoise et fatalement rebelle face à des parents (des “biomanes”) post-soixante-huitards, intéressée par les garçons (les “gnolguis”), et fumant des “nuigrav’” (pardon, des clopes).

 

 

approximativement.jpg

 

Approximativement (1992) - Lewis Trondheim. En fondant l’Association avec Jean-Christophe Menu, David B., Mattt Konture, Patrice Killoffer, Stanislas et Mokeït, lewis Trondheim va participer à développer le genre autobiographique. Approximativement recoupe des morceaux de vie de l’auteur. Il y évoque ses sentiments, des anecdotes, des doutes... L’album commence par une citation : "Comme si ce n'était pas suffisant de ne pas savoir bien dessiner, en plus je bâcle. Et même sachant que je bâcle, je continue à bâcler ; ce paradoxe me terrifie." Du Trondheim tout craché.

 

Persepolis.gif Persepolis (marjane Satrapi) (2000) : adapté en film avec le succès qu’on sait, Marjane Satrapi raconte à travers ses yeux d’enfants son enfance en Iran dans les années 1980, la montée de l’intégrisme et de la révolution Irannienne, son exil à Paris...

 

 

 

pillukle bleue.gif

 

Pilules Bleues (2001) - Peeters raconte ses relations amoureuses et sa vie de couple avec Cati, devenue séropositive. Une des BD les plus fortes et les plus intimes sur le Sida, magnifiquement traitée avec un noir et blanc d’une grande sobriété.

 

 

pyongyang_couv.jpgPyongyang (2003) - Guy DELISLE : le génial journal de bord en BD d’un animateur canadien parti superviser un studio en Corée du Nord, et qui rapporte un des meilleurs reportages jamais réalisés sur cette dictature. Amusant, édifiant, une BD coup de poing. A lire du même auteur : Shenzen, sur son voyage en chine, et plus récemment Chroniques Birmanes, où il raconte sa vie de papa dessinateur expatrié en Birmanie, où il a suivit sa femme, travaillant pour une ONG.

 

le_photographe.jpgLe photographe (2003) - Guibert : attention, oeuvre majeure. Reporter photographe, Didier Lefèvre part en afghanistan en 1986, et suit une mission humanitaire au contact des moudjahidins. Emmanuel Guibert en tire une BD racontant son voyage, mêlant les clichés de Lefèvre et des cases dessinées dans le plus pur style ligne claire. A noter que Guibert a également publié “La Guerre d’Alan”, la biographie d’un soldat américain pendant la seconde guerre mondiale, qu’il a rencontré et qui lui a raconté sa vie.

 

blankets.jpgBlankets (2003) - Craig Thompson - le fils spirituel pour certains d’Art Spiegelman, qui dès son deuxième album publie une bombe de 600 pages racontant son enfance dans une ferme du Wisconsin, emblématique de l’Amérique profonde, et sa culpabilité de tomber amoureux de la jolie Raina, rencontrée dans un camp de vacances paroissial.

 

 

petit_christian2.jpg

 

Plus récemment : le petit Christian, Tome 1 et Tome 2 (Blutch). La vie ordinaire et pourtant extraordinaire de Blutch (alias “le petit Christian”). Une bd tendre, drôle et intelligente. Une BD de Blutch, quoi, dont vous trouverez la chronique toute récente ici.

 

 

Pour ceux qui ne sont pas rassasiés, il faudra jeter un oeil du côté des carnets de voyage : de De crécy à Lisbonne (Casterman), de Dupyu & Berbérian (qui ne séparent donc jamais !) à New-York, Istanbul... (chez Cornelius), de Loustal (au Seuil)...

Cette sélection n’est encore une fois pas exhautive mais donne un bon panorama du genre.... Avant l’avènement de la génération blogs, qui fera l’objet d’un post prochainement (après le “moi, je”, le “e-moi, je”)

20/02/2009

Mes hommes de lettres, petit précis de littérature française - Catherine Meurisse

cath1.jpgL’histoire sans la raconter. Catherine nous retrace tout bonnement la totalité de l’histoire de la littérature française, de la littérature médiévale et la chanson de geeeeste aux folles soirées de Saint-Germain-des-Prés au cours desquelles Sartre, Beauvoir, Ionesco, Giono se déhanchaient au son du saxo de Boris Vian, en passant par Rabelais, la Pléiade, Corneille, Racine, la dispute Rousseau - Voltaire, Molière, les romantiques...

A chaque époque, pour chaque auteur, Catherine tente le pari difficile à la fois de le resituer dans son contexte, de mettre en lumière sa place dans l’histoire de la littérature, tout en nous faisant marrer.

On en pense quoi ? Un pari qu’elle réussi... Parfois. Mais pas toujours. Résultat : ceux qui n’ont jamais été transcendés d’émotion à la lecture d’un poème de du Bellay, ceux qui ont sué sang et haut pour finir péniblement un ou deux essais de Montaigne, ceux que la récitation des Fables de Lafontaine traumatisait, ceux qui trouvent que "Lost" est plus palpitant que les affres de Phèdre par Racine n’y trouveront peut être pas leur compte. Il y a des choses vraiment réussies, et notamment un dessin extrêmement vivant, qui donne une vie incroyable à tous ces auteurs morts. Mais à tout prendre on préfère Catherine quand elle met ce trait au service de l’actu dans Charlie Hebdo plutôt qu’au service d’un passé littéraire certes intellectuellement passionnant, mais quand même un peu rébarbatif... La dernière partie, à partir du XIXeme est tout de même de loin la plus réussie. Sans doute parce que les affres du romantisme, les délires des surréalistes, la mégalomanie de Hugo ou de Proust, le faux voyeurisme social de Zola et le swing de Saint Germain sont plus marrants et sans doute plus connus de Catherine que la chanson de Rolant et la littérature médiévale. Dommage du coup que ce précis ne le soit pas plus, et ne se limite pas à ces deux siècles. Les 80 premières pages auraient moins ressemblé au Largarde et Michard en BD.

Image 9.png


C’est pour qui ? Pour ceux qui passent le bac Français à la fin de l’année, pour les inconditionnels du dessin de Catherine, pour Victor Hugo, Lamartine, Colette, Ronsard, Corneille, Marcel Proust... que cela fera marrer de voir leurs vieux copains dessinés, pour Bernard Pivot et pour les khâgneux et les Normaliens qui lisent de la BD.

Casting. Auteurs : Catherine Meurisse Editeur : Sarbacane Prix : 19,50 euros. Infos : http://www.sarbacane.com

J.L.

12/02/2009

La Nostalgie de Dieu (Livre 1) - Marc Dubuisson

couvdieu.jpgL'histoire sans la raconter. C'est l'histoire d'un homme au bord du gouffre, qui veut se suicider et...rencontre Dieu.
Et comme le dit Lui-même, "Dieu est humour". Au bord du précipice, un dialogue s'engage entre notre bonne âme désespérée et un Très-haut qui rue pas mal dans les brancards et fait preuve d'un iconoclasme qui va sérieusement secouer notre malheureux candidat au suicide, et nos zygomatiques par la même occasion...

« Il est évident que tout ceci n’est que pure fiction sans quoi Dieu existerait » peut on lire en 4ème de couverture. En tout cas  s'il existe l'auteur frise souvent l'excommunication, et nous on frise la crise de rire, y compris dans les intervention ponctuelles de Jeanne d'Arc, ("grande brulée"), de Marie ("immaculée notoire"), de Ficos ("Dieu des Ficus") ou de Jésus ("Seigneur de père en fils") qui nous révèle que son vrai rêve était d'ouvrir un Kébab.
Image 2.png

On en pense quoi ? C'est drôle. Très drôle même, à condition de ne pas croire que l'homme a été créé il y a 6 000 ans le 7ème jour. Parce que le Dieu qu'on nous présente ici est quand même sacrément sarcastique, et a l'air de bien se marrer à observer une espèce humaine abandonnée à ses travers et ses croyances depuis un bail...
On adore aussi le trait minimaliste de Dubuisson, qui arrive à donner une humanité et une expressivité incroyable à son personnage en fil de fer. Digne de La Linea !

c'est pour qui ? Pas pour les créationistes et les supporters du dessein intelligent. Pour les iconoclastes, les catholiques pas intégristes, et plus généralement les amoureux d'un humour cynique, qui ont perdu la foi... dans l'homme, mais ne se refuse pas une bonne tranche de rire.
Comme Dieu. il semblerait, en tout cas.

Casting. Auteurs : Marc Dubuisson Editeur : Diantre ! editions Prix : 15 euros. Infos : http://www.diantre.fr/

09/02/2009

Spécial palmarès d'Angoulème

Retrouvez ci dessous les chroniques de certaines BD primées au festival d'Angoulême 2009 :

Essentiels Angoulême 2009 :

17330807.jpg- Le Petit Christian - Blutch

 

 

 

 

1992711480.jpg- Lulu Femme Nue - Etienne Davodeau

 

 

 

 

Essentiel Révélation :

707211840.jpg- Le goût du chlore - Bastien Vivès

 

 

 

Blutch - Le petit Christian (Tome 2)

L'histoire sans la raconter. Blutch reprend 8 ans après le récit des aventures de la vie du petit Christian, alias lui-même par pleins d'aspects. PetitChristian.jpgL'entrée en sixième, sa relation passionnellement platonique avec la belle Cathy Borie qui vit à Anglet (Blutch le petit Christian vivant à Strasbourg)... On  plonge avec délectation dans l'intensité du... rien. Car finalement la vie et les amours du petit Christian sont bien ordinaires. Lui même est bien ordinaire : un petit bonhomme maigrelet, du genre qu'on ne voit pas dans la cours de récré. Et pourtant comme chacun d'entre nous, tout ce qu'il vit est EXTRAordinaire. Parce que c'est comme ça.

On en pense quoi ? C'est beau, c'est bien, c'est Blutch. Sensible, drôle, plein de références que quand on les comprend on sait qu'on est intelligent.

petit_christian_2_blucth.jpg

C'est pour qui ? Pour les fans de bédé autobiographique, tendance intello bobo sur les bords. Pour les lèches-bottes aussi qui veulent faire des compliments au président du prochain festival d'Angoulême.

Casting. Auteurs : Blutch Editeur : L’Association. Prix : 15 euros. Infos : http://www.lassociation.fr/

 

Valse avec Bachir

Valse avec Bachir.jpgL’histoire sans la raconter. Tout jeune, il a fait la guerre du Liban et a assisté aux massacres de Sabra et Chatila. Mais il ne se souvient plus de rien, sa mémoire a tout enfoui. 20 ans plus tard, un ancien compagnon d’armes lui raconte son cauchemar de guerre récurrent, comme pour se confesser et se libérer. Alors, pour lui aussi, les premières images remontent à la surface. Pour tenter d’en finir – mais aussi pour comprendre – il va mener son « enquête interne », au cur de son esprit. Et la raconter en images animées.

On en pense quoi ? Le film était magnifique, la BD est pas mal du tout. En tous cas, l’un n’empêche pas l’autre assurément.

h_4_ill_1061102_valse-bachir-bis.jpg

C’est pour qui ? Pour tout le monde. Pour dégoûter tout le monde.

Casting. Auteurs : Ari Folman, David Polonsky Editeur : Casterman. Prix : 15 euros. Infos : www.casterman.com

Les Elfées Tome 2

v-8013.jpgL’histoire sans la raconter. Elles sont toutes jeunes, toutes jolies et pleines de jolies couleurs tout partout. Ce sont les Elfées, des vraies fées qui jouent du vrai rock. Sauf que là, les petits garçons des Pink Garbage, le groupe concurrent en mal de réussite, veut ouvrir un super parc d’attraction à leur gloire en plein jardin public. Les habitants du quartier ne l’entendent pas de cette oreille et les jeunes filles vont les aider à s’y opposer.

Image 2.png

On en pense quoi ? Oh c’est mignon tout ça, et ça finit bien.

C’est pour qui ? Les gentilles filles et les gentils garçons.

Casting. Auteurs : Carrère, Weissengel, Dollphane Editeur : Dargaud. Infos : www.dargaud.fr Prix : 10,90 euros.

Casiers judiciaires Tome 2

Image 1.pngL’histoire sans la raconter. « Monsieur le juge, je l’ai pas violée. Violer c’est quand on veut pas. Moi, je voulais. » Ce célèbre sketch de Coluche a peut-être inspiré les auteurs de cet album savoureux, suite de scénettes désopilantes et irrévérencieuses narrant le quotidien d’un tribunal bien de chez nous. Découpées en morceaux et publiées dans Libé, elles sont aujourd’hui regroupées d’un seul tenant.

On en pense quoi ? C’est drôle, surprenant, dérisoire, déconnant, n’importe quoi un peu de tout cela à la fois.

C’est pour qui ? Pour tous, mais de préférence avec un bon second degré côté humour.

Casting. Auteurs : Lefred-Thouron & Diego Aranega. Editeur : Poisson Pilote. Infos : www.dargaud.fr Prix : 10,40 euros.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu